Investissement du contribuable : exécutions de travaux.

Investissement du contribuable : exécutions de travaux., jacquin couvreur


Cas d’investissement de l’assujetti applicable à partir du 31 octobre 2012, dans les termes exprimés à l’article 84.1.2.f) et qui nous montre que le contribuable TVA ne sera pas celui qui émet la facture (comme d’habitude) mais le destinataire de la facture, en exécution des travaux, avec ou sans la fourniture de matériaux, ainsi que le transfert de personnel pour l’exécuter, à la suite de contrats directement formalisés entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur pour l’aménagement de terrains ou la construction ou la réhabilitation de bâtiments. Elle se produira également lorsque les destinataires des opérations seront à leur tour le maître d’œuvre ou d’autres sous-traitants. Pour une interprétation correcte de ceux indiqués dans l’article susmentionné, nous devons « définir le concept d’exécution des travaux » et il pourrait être donné dans le sens suivant :EXÉCUTIONS DE TRAVAIL : Selon les déclarations de la Direction Générale des Impôts, dans le domaine de la TVA, il se caractérise par être un bénéfice différent de ceux de tract successif, qui poursuit un résultat futur, sans tenir compte du travail qui le crée ; D’autre part, la consultation contraignante V1213-11, du 13 mai, parle que « l’exécution des travaux implique l’obtention d’un bien autre que les biens qui ont servi à sa réalisation, et ce, que l’opération soit qualifiée de livraison de marchandises, comme s’il s’agissait d’une prestation de services. De cette déclaration, il doit être déduit que la livraison ou la mise à la disposition du destinataire de ce nouveau bien, qui est précisément ce qui est obtenu à la suite de l’exécution du travail , détermine le moment où l’opération doit être comprise comme ayant été effectuée ». Dans le même temps, l’article 6 de la loi 37/1992, sur la taxe sur la valeur ajoutée (LIVA) définit le concept de bâtiments, en considérant comme telles les constructions attachées de façon permanente au sol ou à d’autres bâtiments, réalisées à la fois en surface et dans le sous-sol. . , lorsqu’ils sont susceptibles d’un usage autonome ou indépendant. Sont notamment pris en compte les bâtiments suivants : à. Les bâtiments, considérant comme tels toute construction permanente, séparée et indépendante, conçus pour être utilisés comme logements ou pour servir le développement d’une activité économique. b. Installations industrielles non habitables, telles que digues, réservoirs ou quais de chargement. c. Plateformes d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures. ré. Les ports, aéroports et marchés. et. Installations récréatives et sportives qui ne sont pas accessoires à d’autres bâtiments. F. Les routes, voies de navigation, voies ferrées, autoroutes, autoroutes et autres voies de communication terrestres ou fluviales, ainsi que les ponts ou viaducs et tunnels qui s’y rapportent. g. Installations fixes de téléphériques. Il est important de faire différentes appréciations uniquement de ce que cet « échange » de contribuable implique dans l’application de la taxe sur la valeur ajoutée, nous le ferons donc dans différentes sections et de cette manière une meilleure interprétation du cas étudié ici est dérivée. As:QUAND EST-IL APPLIQUÉ ? Normalement lorsque les entreprises qui exécutent des travaux dans les conditions indiquées ci-dessus (section f), de l’article 84.1.2)), effectuent leurs livraisons de biens ou de services, qu’elles facturent le promoteur, le maître d’œuvre ou les sous-traitants de ce dernier. En effet, l’investissement du contribuable se fera dans des opérations avec des contrats directement formalisés entre le promoteur et l’entrepreneur, mais aussi lorsque le destinataire des opérations est le maître d’œuvre ou d’autres sous-traitants, alors il affecte toute la « chaîne des acteurs » de la l’exécution des travaux. Si l’opération n’était pas une exécution de travaux dans les termes indiqués, l’entreprise ou le professionnel devra facturer la TVA sur ses factures comme il l’a fait à ce jour (cas général). Ainsi, lorsque le destinataire de la transaction NON Qu’il s’agisse d’un professionnel ou d’un entrepreneur, (particuliers, entités publiques n’ayant pas le statut d’entrepreneur, etc.), cette hypothèse d’investissement par le contribuable semble n’avoir pas sa place.COMMENT S’APPLIQUE ? L’investissement de l’assujetti implique que l’entrepreneur ou le professionnel bénéficiaire de l’opération aura la qualité d’assujetti, de telle sorte que qui effectue l’exécution des travaux facturera sans TVA et le bénéficiaire de l’opération facturera lui-même la TVA. Il n’y a pas d’obligation d’effectuer une auto-facture, car cette exigence a déjà été supprimée dans ces cas par l’article 79.9 de la loi 39/2010 sur les budgets pour 2011, qui a modifié l’article 97. Un. 4 de la loi sur la TVA. Le destinataire de la facture sans TVA devient un contribuable, et la TVA est auto-imposée et déduite (s’il y a droit) de la facture susmentionnée. De son côté, l’émetteur de la facture pourra continuer à déduire la TVA (s’il en a le droit) des achats et/ou acquisitions de biens et services nécessaires à l’exercice de son activité.
EXEMPLE – OPÉRATION DE TVA DANS LES EXÉCUTIONS DE TRAVAIL. Nous procédons à la promotion d’un immeuble d’habitation et de locaux commerciaux. Le maître d’ouvrage confie la construction à un constructeur, qui sous-traite l’installation électrique à un électricien. Pour les travaux effectués dans cette exécution des travaux, l’électricien doit émettre une facture hors TVA au constructeur. Celui-ci auto-facturera la TVA et, en même temps, la déduira, ainsi le résultat de votre déclaration sera « neutre ». Dans la même séquence, le constructeur émettra une facture sans TVA au promoteur, qui facturera lui-même la TVA. Si l’immeuble est destiné à la vente de logements et de locaux et à la location de locaux commerciaux, la TVA auto-imposée sera déduite, avec laquelle l’effet de l’opération sera également « neutre ». Cependant, si l’immeuble est destiné à la location de logements, alors la TVA auto-engagée ne peut être déduite, procédant ainsi à son entrée au Trésor Public. Il est évident de faire remarquer que, à ces fins, il est essentiel de lire le contrat à un niveau privé signé entre tous les éléments de cette chaîne, car si nous signons un contrat de fourniture (opération en lotissement), la TVA devra être facturée , alors que si le contrat est de la sous-traitance nous serions avant l’investissement du nouvel assujetti au 31 octobre 2012.
EXEMPLE – OPÉRATION DE TVA DANS LES EXÉCUTIONS DE TRAVAIL. Une entreprise dédiée à la fabrication, la préparation et le montage d’ouvrages de ferraillage industriels pour le bétonnage, effectue pour son client (entreprise de construction) des travaux pour un certain ouvrage. L’armure est fabriquée dans l’atelier du premier, transportée et assemblée sur place. A la demande de son client, le premier émet des factures mensuellement, pour la partie des travaux effectivement exécutés à ce jour. Nous l’entendons comme un exemple clair du cas d’investissement du contribuable visé à l’article 84.1.2.f). L’entreprise de fabrication émettrait ses factures sans TVA, et l’entreprise de construction devrait se facturer la TVA. Le même exemple précédent mais en considérant que l’entreprise dédiée à la fabrication, la préparation et le montage de l’ouvrage ne fournit que les renforts industriels à l’ouvrage, sur une base mensuelle, sans l’assembler, afin qu’il puisse être mis à disposition de son client (construction entreprise). Dans ce cas, nous considérons que l’entreprise de fabrication doit émettre une facture TVA à son client, puisque l’entreprise de fabrication fournit un produit sans intervention (exécution) sur site.

ASPECTS FORMES DE LA DEMANDE :FACTURATION.- L’employeur qui émet la facture sans TVA doit inclure un texte dans le sens suivant : « Le contribuable est le destinataire de la transaction conformément à l’article 84.1.2.f) de la loi TVA 37/1992 ». L’entrepreneur qui reçoit la facture, qui auto-facture la TVA, n’a aucune obligation formelle d’effectuer une auto-facture, bien qu’il enregistre l’opération comme si elle existait dans sa comptabilité et par conséquent, un poste TVA déductible et un autre TVA déductible élément apparaîtra.DÉCLARATION DANS LES RÈGLEMENTS FISCAUX.- Normalement, sur une base mensuelle ou trimestrielle, tous ces « opérateurs économiques » devront s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de la Taxe sur la Valeur Ajoutée via le modèle 303. Ainsi : – Celui qui émet la facture.- Vous devez le déclarer, à titre informatif uniquement, car il n’interviendra pas dans le règlement du modèle 303, dans la case 61 (actuellement), « Opérations non soumises ou avec investissement du contribuable qui donnent droit à déduction »; case 53 (actuellement) s’il est imposé par le système de TVA simplifié ; case 84 les sujets qui sont dispensés de produire le formulaire 390. – Celui qui reçoit la facture.- Réaliser l’auto-impact et aura donc une TVA passée à inclure (dans le modèle 303) avec les factures du régime général dans la section de TVA courue-régime général, il est déclaré dans les cases 12 et 13 de le modèle (Autres Opérations avec investissement du contribuable (hors intracommunautaire)), avec le taux de TVA qui correspond à ce produit/service. Quant à la TVA déductible, comme il n’y a pas de cellule spécifique activée à cet effet (dans le modèle actuel), selon les cas elle peut être dans : – Pour les quotes-parts supportées en opérations internes courantes, en matière de TVA en amont, elle est déclarée dans les cases 28 et 29 du modèle (Exemple achat de ferraille), avec le taux de TVA correspondant à ce produit/service. – S’il s’agit d’investissements, les cases 30 et 31 (Exemple Exécution de travaux) sont déclarées en opérations internes aux biens d’investissement, avec le taux de TVA correspondant à ce produit/service. – S’il s’agit d’acquisitions intracommunautaires de biens et services courants dans les cases 36 et 37, avec le taux de TVA qui correspond à ce produit/service. – S’il s’agit d’acquisitions intracommunautaires de biens d’investissement dans les cases 38 et 39, avec le taux de TVA qui correspond à ce produit/service. Dans le formulaire récapitulatif annuel 390, dans le format actuel et aux frais de modifications futures résultant de ces modifications et d’autres modifications apportées à la réglementation fiscale, s’il existe des cellules spécifiques pour certaines des opérations d’investissement du contribuable visé.COMPTABILITÉ.- Il faudra distinguer : – Celui qui émet la facture : Puisque la TVA n’a pas à être facturée, l’écriture pourrait être donnée par (à titre d’exemple, car les activités incluses dans ce problème sont nombreuses et les comptes personnalisés utilisés également) : (430-) Clients a (70-) Exécution des travaux — X — – La personne qui reçoit la facture : la TVA doit être facturée avec effet neutre, puis : (60-) Exécution des travaux reçue (472-) HP TVA payée à (400-) fournisseurs a (477-) HP TVA facturée — X —– Cas pratique de comptabilité : opérations avec investissement par le contribuable.- Modèle de facture avec investissement par le contribuable dans des exécutions de travaux. – Art.84 Loi 37/1992 LIVA. Consultation obligatoire des contribuables V0376-20 DGT. Investissement pour travaux de conditionnement local Consultation contraignante V0297-20 DGT. Rectification des frais d’exécution des travaux de la Consultation Obligatoire SOCIMI V0288-20 DGT. Investissement pour l’installation du système de contrôle du poste énergétique Consultation contraignante V2817-19 DGT. Investissement de l’assujetti dans la construction d’un centre logistique de nettoyage Consultation contraignante V2691-19 DGT. Investissement du contribuable, construction d’une résidence pour personnes âgées.Consultation contraignante V1282-19 DGT. Fiscalité de la construction d’une maison de retraite Consultation contraignante V2583-12 DGT. Investissement du sujet passif dans les exécutions de travail.

La reproduction totale ou partielle des contenus proposés sur ce support est strictement interdite, sauf autorisation expresse de RCR. De même, toute reproduction est interdite aux fins de l’article 32.1, deuxième alinéa, loi 23/2006 sur la propriété intellectuelle.



Source link

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *