La construction prévient que la loi sur le logement du gouvernement protège les squatters

La construction prévient que la loi sur le logement du gouvernement protège les squatters, jacquin couvreur


Il semble qu’il sera difficile de trouver parmi les sociétés immobilières, les promoteurs et les entreprises de construction, un quelconque défenseur du projet de loi sur le logement récemment approuvé par le gouvernement de coalition. Le document ne convainc toujours aucun des secteurs, qui pensent que le texte actuel va effrayer les investissements dans les régions où il est appliqué et qu’il a encore de nombreuses franges floues qui encouragent encore plus l’insécurité juridique. Le dernier à remettre en cause la nouvelle règle qui conduira à Congrès PSOE et PodemosC’est une construction qui estime que le projet de loi actuel a des connotations interventionnistes et « donne ‘couverture’ des phénomènes tels que le squattage ».

« Le texte est plus interventionniste que facilitateur, il n’est pas conforme aux mesures qui sont

en cours en Europe. Nous craignons que les investisseurs étrangers ne partent lorsqu’ils verront la nouvelle règle », a-t-il ajouté ce mercredi. le président de la Confédération nationale de la construction (CNC), Pedro Fernández Alén.

Ainsi, le CNC, organisme qui fédère la quasi-totalité du secteur de la construction, a présenté un décalogue d’amendements contre la nouvelle loi sur le logement, qu’il juge « nécessaire », mais qu’il trouve « hors de propos ». Entre autres détails, il s’agit avant tout de la insécurité juridique qui créent le contrôle des prix des loyers, qui « portent atteinte au droit à la propriété privée et à l’épargne de la population ». Pour le CNC, la norme, loin d’imposer un plafonnement des loyers, « devrait favoriser le dialogue entre tous les acteurs du secteur ».

Au-delà de cette éventuelle application, l’approche actuelle de certaines définitions qu’ils jugent « imprécises, avec une traduction erronée du droit comparé et avec des répétitions inutiles » est également inquiétante. Surtout en cas de squat. Le CNC regrette que l’avant-projet de loi définisse le « harcèlement immobilier » comme « la perturbation de toute personne dans l’usage pacifique du domicile et la création d’un environnement hostile, dans le but ultime de l’obliger à adopter une décision non désirée sur le droit qui vous protège pour utiliser et profiter de votre maison ». Dans le même sens, dans une autre section du plan, il est exhorté « à protéger la stabilité et la sécurité juridique en accordant une attention particulière aux personnes et aux ménages à risque de vulnérabilité ». Après avoir connu ces deux points, la construction regrette que la rédaction « ne favorise pas l’adoption de mesures efficaces pour protéger les droits de propriété ».

En plus de ces plaintes, le CNC Elle demande également la suppression de la création du registre des locations envisagée par le gouvernement ; que la définition qu’ils donnent du logement abordable soit modifiée (pour ne pas dépasser 30 % des revenus) ; que la durée de qualification des logements protégés soit réduite à moins de 30 ans, en plus de réclamer à l’Administration que ce sont elles qui assument les réserves foncières pour les logements protégés, après avoir connu l’intention de contraindre les promoteurs à allouer les 30% du promotions à cette modalité.

C’est cette dernière règle qui pourrait le plus influencer la construction. En réalité, Fernandez Alén Il a rappelé lors de la présentation des amendements les effets que l’application autonome de cette même règle a eu en Catalogne, qui a entraîné le retrait des investissements par les promoteurs, ce qui a eu des répercussions sur toute la chaîne du secteur. Selon l’Association des Promoteurs et Constructeurs d’Espagne, APCE EspagneDepuis l’entrée en vigueur de cette mesure dans la communauté catalane, 55,3 % des promoteurs ont arrêté d’investir, en attendant un nouveau scénario ; 31,6% ont réduit leur investissement et 13,1% ont transféré leur investissement vers un autre territoire.

Vérification des prix

La CNC Il est également revenu pour dénoncer le problème qu’ils rencontrent en raison de la pénurie de matières premières, qui pousse de nombreuses entreprises à abandonner des travaux et que de nombreux appels d’offres de travaux publics ont été désertés. Le secteur reconnaît que les goulots d’étranglement dans l’arrivée des matières premières ont un frein sur le secteur, en ce moment même où la première tranche des fonds européens est déjà distribuée entre les communautés. Le président du CNC, Pedro Fernández Alén, a assuré hier que la hausse et la pénurie de matières premières ont eu un impact de 22,2% sur les prix des constructions au cours des trois derniers mois, en plus de causer des retards dans les livraisons des travaux. . Raison pour laquelle quatre entreprises de construction sur dix ont annulé ou paralysé des travaux ces derniers mois.

A ce stade, Fernandez Alén assure que le Gouvernement a enfin écouté les plaidoyers du secteur et est en train de finaliser un arrêté royal qui ramènera les contrats avec révision des prix dans les appels d’offres de travaux publics. Un type de contrat, supprimé en 2007, qui prévoit une indemnisation des entrepreneurs en cas d’augmentation des prix des matériaux.

D’autre part, Fernández Alén a également lancé un appel pour attirer des travailleurs dans le secteur. Nous avons un problème d’attraction. Nous payons bien et avons de bonnes heures, mais les gens ne viennent pas sur le chantier. Nous avons demandé à l’administration d’utiliser des fonds européens pour mettre fin au chômage des jeunes et intégrer les femmes dans le secteur », a-t-il déclaré. Au total, la direction estime que pour l’exécution des 35 000 millions d’euros de fonds européens qui passeront par la construction dans les années à venir, elle aura besoin d’au moins 700 000 salariés, comme ce journal l’a déjà avancé. Bien sûr, il prévient que le vrai problème se situe principalement au niveau de la main-d’œuvre qualifiée. Des plombiers, des électriciens, des techniciens en énergies renouvelables, entre autres, sont nécessaires.



Source link

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *