N°1 de l’histoire de 2021 : la pandémie garde une emprise ferme sur la vallée de Mahoning | Actualités, Sports, Emplois

N°1 de l’histoire de 2021 : la pandémie garde une emprise ferme sur la vallée de Mahoning |  Actualités, Sports, Emplois, jacquin couvreur


N°1 de l’histoire de 2021 : la pandémie garde une emprise ferme sur la vallée de Mahoning |  Actualités, Sports, Emplois, jacquin couvreur

Joan Puskar lit le Vindicator de jeudi tout en portant un masque facial avant un match de basket-ball féminin de la NCAA entre Youngstown State et Purdue Fort Wayne, le jeudi 30 décembre 2021, à Youngstown. Le port du masque a fait partie des protocoles COVID-19 de YSU tout au long de l’année. >>>> (Photo AP/David Dermer)

NOTE DE L’ÉDITEUR : Il s’agit de l’histoire numéro un de 2021 pour le comté de Mahoning, telle que votée par le personnel de Vindicator.

Bien qu’il ait semblé pendant un certain temps que l’Ohio et la nation sortiraient enfin de la pandémie de COVID-19, l’année s’est terminée avec un nombre record de cas en raison de nouvelles variantes du virus.

Alors que l’Ohio entre en 2022, il n’y a aucun signe de relâchement du virus.

Jusqu’à ce mois-ci, janvier avait le plus grand nombre de cas de COVID-19 signalés pour un mois en 2021.

Mais à mesure que les vaccinations sont devenues plus disponibles, le nombre de cas a diminué.

Le 11 février, le gouverneur Mike DeWine a annoncé la levée du couvre-feu d’État à la suite d’une baisse des hospitalisations liées au COVID-19.

En mars, l’admissibilité aux rendez-vous de vaccination s’est ouverte et les gens se sont rapidement inscrits pour se rendre dans les cliniques de vaccination pour se faire vacciner. Mais bien qu’il y ait plus qu’assez de vaccins pour les personnes éligibles, la demande a diminué en mai.

DeWine a annoncé le 4 mars qu’une fois que l’État serait passé en dessous de 50 cas de COVID-19 pour 100 000 habitants, il lèverait toutes les ordonnances sanitaires liées au virus, y compris un mandat de masque requis pour ceux qui se trouvent dans les espaces publics.

Il a déclaré ce jour-là: « La fin de notre combat est maintenant en vue, mais nous devons continuer à aller de l’avant en ces derniers jours. »

DeWine s’attendait à ce que l’État descende en dessous de 50 cas pour 100 000 d’ici juin. Mais le 14 mai – avec une moyenne d’environ 120 cas de COVID-19 pour 100 000 habitants dans l’État – DeWine a levé le mandat.

Cela est intervenu peu de temps avant qu’une dérogation au veto, approuvée le 24 mars par les collègues républicains de DeWine à la législature de l’État, d’un projet de loi visant à limiter la capacité du gouverneur à imposer des ordonnances de santé publique et à déclarer des urgences d’État ne prenne effet. La dérogation avait une fenêtre de 90 jours avant d’être promulguée.

Il s’est avéré que DeWine avait raison car l’État est tombé en dessous de 50 cas de COVID-19 pour 100 000 le 5 juin. Il est tombé à sa marque la plus basse de 19,2 cas pour 100 000 le 2 juillet. Cela faisait suite à un creux record pendant un mois complet pendant la pandémie de 9 390 cas de COVID-19 pour juin.

DeWine a levé l’état d’urgence le 18 juin, qui avait été déclaré pour la première fois le 9 mars 2020. La législature l’aurait levé une semaine plus tard si DeWine ne l’avait pas fait en premier.

Mais en juillet, la variante delta a frappé et les cas ont commencé à augmenter.

DeWine a déclaré le 9 juillet qu’il était préoccupé par la variante.

«C’est beaucoup plus contagieux que ce à quoi nous avons été confrontés en ce qui concerne cette pandémie lorsqu’elle a commencé, nous avons donc des personnes non vaccinées et nous avons une variante delta qui prend vraiment de l’ampleur non seulement dans l’Ohio, mais d’autres États.

En septembre, il y avait 193 072 cas signalés pour le mois. C’était le plus depuis janvier.

Ce mois-ci, l’État a atteint un nouveau record avec les variantes delta et omicron à la hausse.

Il y a eu plusieurs jours en décembre au cours desquels le nombre quotidien de cas de COVID-19 était supérieur à tout le mois de juin.

En utilisant l’argent de la subvention fédérale COVID-19, DeWine a vanté deux loteries d’État – dont une qui a distribué cinq prix de 1 million de dollars chacune – pour aider à convaincre les Ohioiens de se faire vacciner.

Il n’y avait aucune preuve que les loteries aient entraîné une augmentation du nombre de personnes vaccinées, car seulement 55% de la population de l’État était vaccinée à la fin de l’année malgré une ruée initiale parmi les personnes éligibles survenue au cours des premiers mois de 2021.

C’était, en partie, à cause des gens qui s’opposaient aux vaccins et d’autres qui étaient sceptiques quant à leur efficacité.

Bien que les cas de COVID-19 dépassent 1 000 pour 100 000 Ohioiens d’ici la fin de l’année et que les 88 comtés soient au-dessus de 100 cas pour 100 000 pendant quatre mois, DeWine a refusé d’imposer des restrictions sanitaires.

Il a déclaré que ses mains étaient liées en raison du veto législatif qui limitait l’autorité de DeWine, mais ne l’a pas éliminé.

Un certain nombre de législateurs républicains ont poussé un projet de loi pour arrêter les mandats de vaccination – et pas seulement pour COVID-19 – par les employeurs.

L’Ohio House a adopté un projet de loi pour accorder des exemptions aux mandats des vaccins COVID-19, mais le Sénat de l’État a refusé de l’examiner.

dskolnick@vindy.com

Compte à rebours

Récapitulatif des 10 meilleures histoires de 2021 dans le comté de Mahoning :

10. Deux enfants parmi les victimes de la vague de criminalité de Youngstown.

9. Les écoles de Youngstown s’efforcent de sortir du contrôle de l’État.

8. Les communautés de la vallée reçoivent des millions de dollars en financement du plan de sauvetage américain.

7. La statue de la poignée de main de Robinson-Shuba est dévoilée à Youngstown.

6. Un nouvel évêque est installé à Youngstown.

5. YSU a fait face à une année difficile avec une baisse des inscriptions et des réductions de personnel.

4. La construction de l’usine de batteries Ultium se poursuit.

3. Le redécoupage apporte de grands changements aux lignes législatives du Congrès et des États.

2. Lordstown Motors Corp. termine une année tumultueuse.

1. Les cas de COVID-19 ont diminué, puis ont grimpé en flèche à la fin de l’année.

Les dernières nouvelles d’aujourd’hui et plus dans votre boîte de réception





Source link

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *